Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

23 juin 2006 5 23 /06 /juin /2006 12:19

La gestion de L'équipe de France de football est un mystère. Championne du monde en 1998 avec une attaque transparente, elle  n'arrive plus à s'imposer avec un secteur offensif pléthorique et de qualité exceptionnelle.

Le problème vient de la dévotion accordée à l'organisation mise sur pied par Aimé Jacquet : un bloc équipe consacré à la conservation du ballon et à son cheminement progressif vers le but adverse.  Avec des attaquants comme Guivarch, Dugarry et Diomède, A. Jacquet ne pouvait pas faire autrement. Mais maintenant ?

L'équipe de France ne prend pas de risque, elle tricote un football de rentier au milieu du terrain alors qu'elle devrait sans cesse alimenter en ballons ses deux buteurs de génie, Henry et Trézeguet. Tout sélectionneur de cette équipe devrait laisser un peu la bride sur le cou à des joueurs capables, pour beaucoup d'entre eux, de faire basculer un match sur une action individuelle.

Domenech a modelé une équipe à son image - introvertie, secrète et tourmentée - alors qu'il ne lui manque que l'autorisation de se laisser à son explosivité et son inventivité. Il faut faire confiance à ces joueurs plutôt que de les brider dans des schémas de jeux éculés, connus de toutes les autres équipes depuis longtemps ; donner la liberté à des Henry, Wiltord, Ribéry, Malouda, de chevaucher librement sur le terrain. Avec le finisseur le plus efficace actuellement au monde dans une surface de réparation - David Trézeguet - nul doute que l'équipe de France en deviendrait autrement redoutable.

Tant pis pour le déchet ! En 1998, la France ne pouvait gagner que grâce à ses arrières et à ses milieux de terrain récupérateurs ; en 2002, 2004 et maintenant 2006, elle ne peut le faire qu'avec ses joueurs de débordement et ses avants.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert H. - dans robert.holcman
commenter cet article

commentaires