Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 16:44

L'un des des leitmotivs des personnes publiques en France, le passage obligé de toute prise de position, est qu'il manquerait de personnels dans les hôpitaux. Le problème est qu'on nous ne dit jamais de quel type de personnel il s'agit : personnels de soins ? administratifs ? techniques ?

La Cour des Comptes vient de rappeler que sur les 743 471 agents composant la fonction publique hospitalière, 80 % appartiennent au personnel soignant (dont 53 340 au personnel médical), les 20 % restant se répartissant entre les personnels administratifs, socio-éducatifs, ouvriers et techniques. Elle a également rapporté que le personnel non soignant se compose à 38 % de personnels administratifs (y compris les secrétaires médicales, dont les 22 000 membres exercent en majeure partie leur activité dans les services de soins), de 6 % de personnels socio-éducatifs et de 56 % d’agents des services ouvriers et techniques.

C’est ce dernier chiffre qui pose particulièrement problème : plus de 87 000 personnes travaillent dans les services ouvriers et techniques alors que 35 000 agents appartiennent au personnel médico-technique. Les personnels des services ouvriers et techniques sont affectés dans les services support des hôpitaux qui, longtemps, ont tendu vers l’autonomie, pour ne pas dire l’autarcie, en internalisant l’ensemble des activités nécessaires à leur fonctionnement : bâtiment, restauration, automobile, blanchisserie, entretien, etc. La filière médico-technique, quant à elle, est composée des personnels chargés de faire fonctionner les plateaux techniques des hôpitaux : imagerie médicale (radiologie, scanner, IRM…), pharmacie, laboratoires, stérilisation, rééducation. On y trouve ainsi des manipulateurs en électroradiologie médicale, des laborantins, des techniciens de laboratoire, des kinésithérapeutes…

En d’autres termes, dans les hôpitaux publics français, il y a deux fois plus de salariés dédiés à l’entretien des voitures et des jardins, à la fabrication des repas, la blanchisserie et le ménage, que d’agents dont le rôle est d’assurer le fonctionnement des laboratoires, des scanners et des IRM, de préparer et de distribuer les médicaments. Ce constat est d’autant plus préoccupant que le recours des hôpitaux publics aux entreprises de travaux et de maintenance ne se dément pas… loin de là.

L'hôpital manque-t-il alors de personnels ? Ou bien en a-t-il trop dans certains domaines ? A l’heure où l’activité des hôpitaux est soumise à une pression financière sans précédent, on peut se demander s’il est bien raisonnable de continuer de faire prendre en charge toutes les activités support par des personnels des établissements de soins.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert H. - dans robert.holcman
commenter cet article

commentaires

Lilie de la Mirlitantouille 06/03/2007 00:49

J'ai claqué la porte de l'hopital, en donnant ma démission, le jour ou j'ai vu le service d'entretien électrique (car il y a de nombreuses divisions au sein du service technique hospitalier..)se déplacer en nombre, 3 techniciens en l'occurence, pour changer un néon...No comment. Lilie.