Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 17:16

La véritable originalité dans cette élection présidentielle réside dans la volonté partagée des candidats ayant quelque chance d'être élus de réformer en profondeur l'équilibre des institutions françaises en remettant en cause l'équilibre des pouvoirs entre l'exécutif sur le législatif - ou plus précisément le déséquilibre, puisque la prééminence accordée à l'éxécutif par la Constitution de la Vème République a conduit à une situation institutionnelle inusitée dans les démocraties : un président irresponsable politiquement (seul le gouvernement qu'il a nommé peut être renversé) aux pouvoirs pourtant sans équivalent.

Cette prééminence est, certes, excessive mais elle s'explique par l'histoire politique de la France, marquée par une instabilité chronique qui se reconnaît dont le nombre de textes constitutionnels (constitution, charte, acte additionnel, déclaration...) et de régimes essayés par notre pays : monarchie, république, empire... la France a appliqué tous les régimes politiques ou presque.

Oter au président de la République le droit de dissoudre l'Assemblée nationale ou, symétriquement, accorder à cette dernière le droit de le renverser, aboutirait inéluctablement à une profonde confusion institutionnelle. Il n'est que de voir le nombre élevé de candidats à chaque élection présidentielle, l'ouverture extraordinairement marquée du spectre politique en France pour saisir que les ressorts de la IVème république sont toujours à l'oeuvre.

Cela ne veut pas dire pour autant que que les rapports entre pouvoirs sont figés et qu'ils serait impossible de réformer le fonctionnement de nos institutions sans les mettre à bas. Rien, dès à présent, n'interdit au Parlement français, tout particulièrement l'Assemblée nationale, d'utiliser pleinement les pouvoirs qui lui sont dévolus : pouvoir budgétaire et pouvoir de contrôle. De même, une plus grande maîtrise de l'Assemblée sur son ordre du jour la renforcerait. Chaque pays a sa culture, son comportement propre, les régimes politiques en sont l'expression. Il est illusoire d'imaginer qu'un présidentialisme (législatif et exécutif autonomes, dépourvus de pouvoir de dissolution ou de renversement), pétri du sens de la négociation et du compromis anglo-saxon, pourrait prendre racine en France où les moeurs politiques sont caractérisés par l'excès et le bouillonnement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert H. - dans robert.holcman
commenter cet article

commentaires

Pivoine 22/03/2007 10:03

Bonjour,
Merci pour votre réponse, (je connaissais pas le coup des bas faudra qu'on m'explique quand mêmelol) le temps de confirmer l'info aux filles, que oui le monsieur qui a la super bonne bouille, il a aussi un cerveau, et c'est bien lui qui nous régale d'articles forts intéressants.Bah ca fait deux soirées de papotages et de dissertation, car nous avons également parlé des lecteurs aux réactions virulentes, et de votre réponse à cela.
La réponse fut verbalisée différemment ca allait du "trop fort, il les a calmé sévère" au "résoudre cela avec autant de finesse d'esprit, chapeau!"
Pivoine vous le dit Chapeau!
Concernant l'article du jour, tout cela est bien compliqué, est-il vraiment possible de changer les choses car même si la volonté du futur gouvernement sera de les faire avancer et moderniser . Notre état est tellement ancré, dans ce qu'il a toujours fait (ou non), ses privilèges, des textes qui protègent beaucoup les grands de ce monde et au final serait-il possible dans un pays au fonctionnement si..Vieux et poussiéreux de changer les choses....J'ai comme un doute là....
Bonne journée à vous(-;

Robert H. 22/03/2007 11:39

Bonjour,
Il paraît qu'on pouvait éliminer le brouillage canal en regardant l'écran à travers un bas... c' était à l'époque du premier brouillage...
Autrement, on peut en effet être dubitatif quant à la possibilité de notre pays d'évoluer progressivement et paisiblement alors qu'il l'a toujours fait avec brusquerie par le passé.
Cordialement,
Robert H.