Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 11:49

Au théâtre des enfants terribles - 157, rue de Pelleport  dans le 20ème arrondissement à Paris - se joue actuellement une pièce de théâtre (Que peut un corps ?, jouée par la compagnie "Les Inspirines") qu'on peut, sans froisser auteurs et comédiens, qualifier d'avant-gardiste : une "Farce poétique et géométrique d'après Spinoza", pour reprendre le sous-titre de l'affiche.

Le metteur en scène a comme parti pris artistique d'utiliser exclusivement des textes réputés n'avoir pas de sens pour le spectateur, tout le travail des comédiens se fondant sur le décalage entre leur jeu et le texte. Cette fois, le choix s'est donc porté sur Spinoza, sur une adaptation de son Éthique plus précisément.

L'Ethique est un texte métaphysique, publié au milieu du XVIIème siècle, censé perdre le spectateur entre un texte abscon et une mise en scène sans rapport aucun avec le fond de l'écrit. Mais rien n'y fait : en dépit du talent des comédiens (tous amateurs, certains remarquables), de la mise en scène reprenant tous les standards du contemporain, la puissance de la pensée de Spinoza persiste et on se prend à délaisser la pièce pour s'intéresser au texte aride, pour suivre le cheminement de l'argument, presque dérangé par le décor et les voix, comme le lecteur passionné perçoit au loin les annonces et le brouhaha d'une gare.

Il est des auteurs - beaucoup d'auteurs... - dont a du mal à suivre le cheminement intellectuel, pourtant enfoui confortablement dans un fauteuil au calme ; il en est d'autres dont la pensée résiste aux siècles, au bruit, à la distorsion.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert H. - dans robert.holcman
commenter cet article

commentaires