Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 14:23

La permanence du gauchisme dans le paysage poliltique français est une source permanente d'étonnement. Si l'on peut comprendre l'aspiration à la justice, la propension à l'indignation des plus jeunes d'entre nous, même s'en féliciter et s'en émouvoir, on reste tout de même pantois face à la permanence d'un discours archaïque et pourtant omniprésent.

Mai 68 d'abord. A écouter ses défenseurs, on pourrait imaginer le reste du monde occidental encore affligé des moeurs des années 1960, avec une sexualité brimée, un accès barré aux contraceptifs, une hiérarchie sociale figée, cependant que la  France voguerait dans l'avant-gardisme culturel et sociétal. Or si l'on regarde autour de nous, l'ouverture des sociétés est - au moins - aussi marquée qu'en France. Comme souvent, la société française a fait le choix d'un évolution révolutionnaire ; cela ne veut pas dire pour autant que les changements qu'elle a connu n'aura pas pu intervenir sans mai 1968.

L'influence du marxisme-léninisme demeure à un niveau très élevé en France, tel qu'attesté par les scores électoraux des candidats s'en réclamant, et - surtout - par la tolérance attendrie des Français pour le méli-mélo idéologique brassant faucheurs d'OGM, écologistes, gauchistes, anti-nucléaires, anti-tout...

Par delà le folklore, c'est toujours une profonde remise en cause du principe démocratique qui est à l'oeuvre. Les slogans lancés par les anti-sarkozystes virulents d'aujourd'hui renvoient à ceux entendus quarante ans plus tôt. Affirmer que les gens n'ont pas bien compris les conséquences de leur vote majoritaire pour le candidat de l'UMP c'est reprendre l'affirmation : "Elections piège à cons" ; c'est aussi continuer de professer un mépris souverain pour le peuple (dont par ailleurs tout le monde se réclame), soi-disant trop bête pour savoir ce qu'il fait, sujet à toutes les manipulations, aux bons mots des grands de ce monde, comme cent ans en arrière on critiquait le suffrage universel au motif qu'il remettait le pouvoir de décider aux masses abâtardies par le vin.

Remettre en cause le résultat de l'élection présidentielle en opposant le "pays légal" au "pays réel" va dans le même sens : la masse a voté mais mal voté, ignorante qu'elle est du complot ourdi contre ses intérêts. Seul, l'élite éclairée et agissante, représentante autoproclamée du pays réel peut lever le voile et révéler au peuple ébahi la réalité de son oppression.

Tout cela relèverait du sourire si, il y a peu, les mêmes arguments n'avaient pas servi de fondement à l'asservissement d'une partie de l'Europe (sans même parler des empires russes et chinois). Nos jeunes enflammés devraient aller demander aux habitants des pays de l'Est s'ils pensent que les élections sont des "pièges à cons" ou s'ils sont enclins à privilégier le pays réel au détriment du pays légal. Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie, Pays baltes, ont payé au prix fort la mise en oeuvre de ces slogans d'un autre temps.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert H. - dans robert.holcman
commenter cet article

commentaires

Pivoine 13/05/2007 16:08

Salut Lilie!!! On se croise et se recroiselol
Robert désolée pour le texte devinette je viens de voir qu'il manque un tit peu beaucoup de lettres....La honte de la junglelol
Bon we,
Amicalement.
 

Pivoine 12/05/2007 13:39

Bonjour Robert,
Soirée étonnante pour La Piv, Tu ne m'en voudras pas si mes neurones qui sont plus que 50 ne sont pas au top de leur forme...
La ou je te suis pour cet article c'est qu'effectivement certains on t une analyse basique de la politique et ne se rendent pas compte des conséquences de leur choix, cela au sens large du terme.
Pour Mais 68 je suis plus mitigée, oui ce fut un vaste foutoir, mais concernant les chèvres dans le larzac, la liberté sexuelle c'est arrivé un tit peu plus tard....Oui les féminisites sont nées a cette époque et tout n'était pas bon a prendre dans leur revendication, mais quand même....Le fait de pouvoir choisir son contraceptif, de pouvoir avoir des enfants au "bon moment" (notes les guillemets(-;), le droit à l'avortement ne sont quand même pas négligeables...
Je me trompes peut-être mais ce qui ressort de cette campagne c'est que les gens ont effectivement peur car tout et son contaire a été dit, et les gens ne savent pas comment cela va "évoluer", le choix du moins effrayant pour certains leur a semblé plus sage n'est ce pas légitime finalement?Instinct de survie quand tu nous tiens.....
Comme nous le disions dans tes billets précédents des propositions souvent utopistes, pas réalisable our un sous au fonctionnement actuel du pays...Que faire dans ce cas?Qui choisir, un candidat installé depuis un certain temps qui maîtrise parfaitement la communication et sait quels arguments avancer pour obtenir des voix et obtenir le poste qui satifera sa soif de réussite?Ou une candidate lus jeune dans le métier, moins représentative et certainement moins bien entourée mais un tit peu plus "humaine"??Pas facile tout ca....
Passes une bonne journée
Amicalement

Robert H. 13/05/2007 15:58

Rires... retour à la cas départ... Prochain rendez-vous en 2012 paraît-il !
Amicalement
Robert

Lilie de la Mirlitantouille 12/05/2007 13:08

Mais le français est mauvais perdant, c'est bien connu...