Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 10:56

Les échos journalistiques qui entourent le film Lady Chatterley forment l'illustration saisissante des dérives du pouvoir médiatique. Voilà un film d'un manque d'intérêt qui stupéfie le spectateur : longue, vide, anachronique, la version passée dans les salles a barbé tous les gogos qui se sont laissés attrapés par les critiques élogieuses.

Car voilà le mystère, ce film a été encensée par la critique. Cette régurgitation de fantasmes d 'adolescent des années 1960 a séduit les professionnels du commentaire pour les mêmes raisons qui ont pétrifié ceux qui acquittent leur place : la lenteur et l'ennui.

C'est la raison pour laquelle, apprendre l'existence d'une version longue ne peut que frapper de stupeur ceux qui ont déjà enduré la version "courte". Il faudrait faire une enquête par sondage après la projection des deux  parties sur Arte : qui, honnêtement... franchement... oui, vraiment, qui a réellement pu assister au pensum jusqu'au bout ?

Le plus incroyable encore, est que la réalisatrice - Pascale Ferran - s'est indignée lors de la dernière cérémonie des Césars de l'absence de soutien et de subventions dont souffrent les films comme le sien. C'est soit faire preuve d'un culot monstre, soit d'aveuglement. Le cinéma français est justement affligé de ces productions cinématographiques qui n'ont pas besoin de spectateurs, ayant atteint leur équilibre financier avant même que d'être sorti. Avec les subventions publiques et le soutien des chaînes de télévision, la présence du spectateur dans les salles de cinéma devient superfétatoire. Sans un battage médiatique éhonté, Lady Chatterley n'aurait fait que quelques milliers d'entrée payantes ; Pascale Ferran devrait plutôt s'en féliciter que de se plaindre encore du manque de soutien qu'elle aurait prétendument subi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert H. - dans robert.holcman
commenter cet article

commentaires

Pivoine 26/06/2007 09:28

Oh bah flutte alors...Vidage de neurone...J'ai raté l'atelierlol
Y a des cours de rattrapage tu crois??Oh un bon vieux film avec steven seagal ca devrait commpenser largement(o;
Passes une bonne journée
Amicalement

Robert H. 26/06/2007 09:47

Ne critique pas Steven ! mon idole... rires. Quoique... Le seul occidental à avoir jamais ouvert une salle d'aïkido au Japon, et un musicien plutôt sympa...
A plus

Pivoine 25/06/2007 09:51

Salut vous deux (o;
Je ne l'ai pas regardé, honte à moi ??Apparemment je n'ai perdu..La dernière fois que j'ai été déçue à ce point, c'était pour le film le parfum, j'avais beaucoup aimé le bouquin, mais l'adaptation cinématrographique fut plus que libre...Dommage)-;
Aller on se console, il y aura forcémment quelques petits bijoux qui vont sortir....
Bonne journée

Robert H. 25/06/2007 11:07

Rien perdu ? pas sûr... un aperçu du vide sidéral... c'est pas tous les jours ! Rires

Enroël 24/06/2007 22:35

Je ne l'ai pas encore vu, mais quand je le verrai je te donnerai mon avis (-;
Bonne continuation...

Robert H. 25/06/2007 09:48

Entendu, à bientôt.

Lilie de la Mirlitantouille 24/06/2007 22:08

j'ai r^té plusieurs épisodes probablement...graves ces dérapages?

Robert H. 25/06/2007 09:48

Graves, non. Mais quelqu'un avait fait une fixation sur mon blog, s'excitant à tout critiquer en tous sens. J'ai donc été conduit à filtrer.
Comment vas-tu sinon ?
Amicalement,
Robert

Lilie de la Mirlitantouille 22/06/2007 22:23

étrange, j'ai la désagréable impression que mon 1er com n'est pas passé...

Robert H. 23/06/2007 11:18

C'est normal, je les valide préalablement, depuis les dérapages qui ont eu lieu il y a quelques temps.