Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 17:49

Contre toute attente, et à rebours de ses prises de position durant l'entre-deux tours des précédentes campagnes pour l'élection présidentielle, François Bayrou a appelé à voter François Hollande, même s'il l'a fait de manière détournée en indiquant que c'était là un choix personnel qui n'emportait pas consigne de vote pour ses électeurs. Tout le monde a bien compris pourtant que tel était son choix et que le faire savoir revenait à donner un signe à ceux qui avaient voté pour lui au premier tour.

 

L'influence de cette prise de position sur son électorat est certainement extrêmement faible : l'ensemble des enquêtes d'opinion montre que ses électeurs se sont déjà répartis entre les deux candidats de second tour.

 

En revanche, le choix de François Bayrou peut avoir un effet indirect sur deux autres électorats fondamentaux pour le résultat final : ceux de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélanchon.

 

D'ores et déjà ce dernier a fait savoir qu'il "tient à l'oeil l'ami de la règle d'or" (Le Monde, daté du 5 mai 2012). Le ralliement de Bayrou à Hollande fait suite aux positions sur l'immigration exprimées par ce dernier, notamment lors du débat télévisé avec Sarkozy, et contribue à déplacer légèrement vers la droite le centre de gravité électoral du candidat socialiste. Ce glissement peut-être susceptible d'indisposer une partie de l'électorat de Jean-Luc Mélanchon, et coaguler une part des reports de ses voix sur François Hollande.

 

Inversement, les propos de François Bayrou à l'encontre de Nicolas Sarkozy pourraient valoir à ce dernier "brevet" de véritable droitisation aux yeux d'une partie de l'électorat de premier tour de Marine Le Pen qui tient toujours grief au candidat sortant de n'avoir pas mis en oeuvre la politique musclée de droite qu'il escomptait de lui après l'élection présidentielle de 2007.

 

Ce dernier avatar d'une campagne électorale qui n'aura pas ménagé les surprises s'inscrit dans le contexte du resserrement continu des courbes d'intentions de vote de second tour entre Hollande et Sarkozy.

 

 Il est désormais très vraisemblable que l'élection sera serrée, peut-être même très serrée. La possibilité de réélection de Nicolas Sarkozy devient de même une réalité tangible.

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 16:11

Les résultats officiels du premier tour de l'élection présidentielle de 2012 rouvrent le jeu que les sondages d'avant premier tour avaient semblé démontrer irrémédiablement fermé.

 

Hors Bayrou (9,13 %) et Cheminade (0,25 %), le total des suffrages exprimés pour la gauche (Hollande, Mélanchon, Joly, Poutou et Arthaud) s'élève à 43,76 ; le total des suffrages exprimés pour la droite (Sarkozy, Le Pen, Dupont-Aignan) se monte à 46,87 %). En d'autres termes, le réservoir "théorique" de voix de la droite est de presque 3 points de plus que celui de la gauche, et ce dans un contexte où le taux de participation est assez élevé (79,46 % des inscrits sur les listes électorales).

 

Il est affirmé que les reports de voix devraient être bien plus facile à gauche qu'à droite. Rien n'est moins sûr. Pour des raisons exactement symétriques, l'extrême gauche a tout autant intérêt à une victoire de la droite que l'extrême droite à une victoire de la gauche.

 

Marine Le Pen calcule que la défait de Sarkozy entraînerait une scission de l'UMP entre un bloc centriste et un autre bloc situé à la droite de l'ex-RPR ; ses résultats au premier tout la placeraient en posture hégémonique à l'égard de ce dernier tant d'un point de vue arithmétique qu'idéologique. Une recomposition au forceps de la droite la placerait en position dominante - d'où son intérêt objectif à une défaite, à une déroute de Sarkozy.

 

Mais, de l'autre coté de l'échiquier politique, il en va également ainsi. Le quinquennat de Sarkozy a permis à l'extrême-gauche de passer de 7,34 % (des suffrages exprimés lors de l'élection présidentielle de 2007 (Besancenot/Buffet/Laguiller) à 12,81 % des suffrages exprimés en 2012 (Mélenchon/Poutou/Arthaud). Dans ces conditions, l'extrême-gauche, au premier chef le Front de gauche, a tout intérêt à une victoire de Sarkozy, une crispation clivée droite/gauche pendant cinq années supplémentaires, afin de poursuivre son ascension.

 

Les déclarations de Mélanchon vont d'ailleurs dans ce sens. Interrogé sur ses consignes de vote pour le second tour, sa formulation ("faire battre Sarkozy" ou bien "il n'y a que deux bulletins de vote") sont ambiguës alors qu'il aurait été si simple de demander à ses électeurs de reporter leur vote sur Hollande. Là, son expression peut tout autant suggérer un vote blanc...

 

De même, la relative faiblesse des résultats de Bayrou (moins de la moitié des suffrages exprimés par rapport à 2007 :  3 275 349 contre 6 820 119) rend les reports de ses voix moins essentiels pour Sarkozy que ceux des électeurs de premier tour de Le Pen. A cette aune, force est de constater que la campagne très à droite du président sortant se justifie par le souci de figurer au second tour ; en l'absence, il n'est pas impossible que la candidate de l'extrême-droite ait figuré au second tour.

 

Au final, le jeu reste ouvert. Bien malin qui pourrait dire aujourd'hui qui des deux finalistes l'emportera dans quinze jours. La campagne de second tour va être à l'évidence déterminante.

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 18:37

Les réactions négatives aux dernières propositions de Nicolas Sarkozy sur la modification de la durée du travail des enseignants du secteur public semblent montrer que ces derniers omettent plusieurs dimensions essentielles de la question de la durée de leur travail.

 

Le président-candidat proposant de faire passer le temps de travail des enseignants du second degré de 18 heures hebdomadaires à 26 heures, plusieurs représentants syndicaux enseignants ont dénoncé un marché de dupe au motif que l'augmentation de leur temps de travail serait de 44 % (26/18 x 100) alors que la hausse de la rémunération qui leur est proposée en contrepartie est de 25 %.

 

Paradoxalement, les représentants des enseignants rappellent qu'outre les 18 heures passées en classe, ils consacrent un temps important à la préparation de leurs cours et à la correction des copies, ce qui les amènent à un temps de travail hebdomadaire estimé de 40 heures par semaine - ce qui ne fait plus une augmentation de 44 % de leur temps travail par conséquent puisque le temps passé sur leur lieu de travail pourrait être consacré... à la préparation des cours et à la correction des copies.

 

Le problème est que procéder à ce calcul sur une base hebdomadaire omet le fait que l'estimation du temps de travail réel des enseignants doit prendre en compte le fait qu'ils ne travaillent pas durant les vacances scolaires. On avait d'ailleurs cru comprendre que ces périodes de vacances étaient destinées - outre à récupérer de leur période travaillée - à préparer leurs cours et/ou à se former... 

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 11:41

La situation sans conteste extrêmement difficile de la Grèce, de son économie, et - partant - de sa population, conduit les médias à nous abreuver de chiffres censés démontrer de façon éclatante à quel point ce pays traverse une crise sans commune mesure avec ce qu'on peut constater dans d'autres pays à niveau de développement comparable.

 

Deux indicateurs, notamment, sont invoqués pour souligner l'impact déflationniste des mesures d'austérité exigées par les bailleurs financiers de la Grèce : la diminution du PIB et la baisse du pouvoir d'achat.

 

Or la Grèce se caractérise par l'étendue de son économie parallèle, c'est justement cela qui ponctionne à ce point les recettes fiscales. Par conséquent, les chiffres communiqués sur le PIB et le pouvoir d'achat ne concernent que la partie fiscalement déclarée de l'activité économique - qui subit sans nul doute un mouvement récessif. On peut tout aussi évidemment se demander si la partie souterraine, non fiscalisé, de l'activité économique et de la distribution de revenus, n'évince pas - de manière encore plus marquée dans ces temps de difficultés économiques - la partie officielle.

 

Dit autrement, on ne peut pas tout à la fois porter à notre connaissance le maquillage des chiffres de la comptabilité nationale grecque, l'existence d'une économie parallèle développée, la maigreur des recettes fiscales... et la récession subie par ce pays telle qu'elle s'exprime par les chiffres officiels.

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 17:30

Laurent Fabius, qui s'est toujours distingué par son sens de la formule, avait déclaré il y a de nombreuses années que le Front national posait les bonnes questions et y apportait de mauvaises réponses. Il est rageant pour chaque républicain de voir perdurer ce constat année après année, et controverse après controverse.

 

S'agissant de l'abattage des animaux de boucherie conformément au rite musulman, force une nouvelle fois est de constater que le Front national a soulevé une question qui n'aurait jamais dû être accaparée par lui.

 

Que la totalité de la viande non porcine (le porc est un animal faisant l'objet d'un interdit alimentaire pour les musulmans et qui n'a donc pas vocation à être abattu rituellement) consommée en Ile-de-France soit hallal est une absurdité, qui a été rapidement rectifiée ; que les quatre abattoirs d'Ile-de-France produisent exclusivement de la viande hallal est désormais reconnu par tous ; que la production de ces quatre abattoirs ne pèse que 2 % de la viande consommée en France semble pour le moins surprenant - sauf à imaginer que par un mouvement pendulaire inexplicable, la viande produite en Ile-de-France serait consommée en région et à l'étranger, et que la viande consommée dans la région capitale (qui représentait 18,7 % de la population française en 2010) serait importée des régions et de l'étranger...

 

Il y a donc une certitude : une part non négligeable de la viande consommée en France est abattue conformément au rite hallal sans que ceux qui la consomment en soient tenus informés. Cet état de fait soulève deux questions de fond : le rapport à la souffrance animale et l'enjeu de la laïcité.

 

Pour qu'une viande soit déclarée hallal (ou casher au demeurant) il faut - entre autres conditions - que l'animal soit égorgé vivant, non étourdi, et qu'il se vide de son sang - et, pour ce faire, qu'il soit pendu la tête en bas. Les souffrances infligées à un être vivant sont à ce point importantes (et pour beaucoup d'entre nous absolument inacceptables), que la législation en vigueur impose l'étourdissement de l'animal avant son exécution - les rites religieux d'abattage n'étant respecté qu'au prix d'une dérogation. Chacun peut avoir son avis sur le caractère essentiel - ou futile suivant les avis - du respect de toutes les formes de vie, mais on ne voit pas en quoi ceux qui sont horrifiés par l'abattage rituel ne pourraient pas être en mesure d'ajuster leur pratique alimentaire à leurs convictions : au nom de quoi la croyance religieuse d'un Musulman ou d'un Juif serait-elle supérieure à la croyance laïque d'un défenseur de la cause animale ?

 

C'est que la controverse sur l'abattage rituel vient heurter de plein fouet l'enjeu de la laïcité en France. Que chacun essaye de s'imaginer le tollé, la tempête, la polémique apocalyptique qui se seraient déclenchées si l'on avait appris que la totalité de la viande était abattue en Ile-de-France après avoir été bénie par des prêtres et suivant d'éventuels rites catholiques en la matière... Le sang - si l'on ose dire - de tous les anticléricaux n'aurait fait qu'un tour et la machine médiatique se serait emballée.

 

On voit bien que le débat sur la laïcité s'articule encore sur l'opposition séculaire en France entre cléricaux et anticléricaux ; la laïcité, pourtant, ne porte pas que sur cette question... loin de là serait-on tenté de dire. A ce jour, ce ne sont pas les Chrétiens qui exigent des horaires aménagés dans les piscines pour que les femmes puissent nager en l'absence de tout homme ; ce ne sont pas eux qui provoquent parfois des esclandres dans les services hospitaliers quand un médecin homme s'avise de vouloir examiner une femme ; ce ne sont pas eux - ou plus eux précisément - qui portent un prosélytisme sans répit...

 

L'une des forces de nos sociétés, leur arme la plus puissante, est notre mode de vie, libéral et tolérant. C'est un combat de chaque jour de le protéger.

 

 

 

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 11:11

Voilà ! La campagne électorale 2012 pour l'élection du président de la République est lancée. Le président actuel, Nicolas Sarkozy, s'est déclaré candidat à un nouveau mandat.

 

Par delà les opinions de chacun, les polémiques concernant les excès de l'un ou les insuffisances de l'autre, en constatant que les deux candidats les plus susceptibles de l'emporter - François Hollande et Nicolas Sarkozy - sont deux républicains, du centre droit et du centre gauche, on peut s'offrir un moment de délectation avant que la bataille s'engage.

 

Oui, la campagne pour l'élection présidentielle est le sommet de la vie politique en France, dont tout dépend dans les cinq années qui suivent - y compris, et surtout, les résultats des élections législatives qui la suivent de peu. Et oui, c'est un moment de pur plaisir démocratique où les idées, les militants, les partis politiques, les citoyens partisans de tel ou tel, s'affrontent pacifiquement.

 

A l'heure où - comme chaque année, chaque mois, chaque semaine, chaque jour - l'actualité internationale nous expose des affrontements politiques marqués par la violence, les massacres, l'injustice, nous avons le droit de nous réjouir, sans doute un peu égoïstement, de vivre dans un pays où l'énergie des passions militantes s'exprime paisiblement, où les alternances politiques se déroulent pacifiquement. Un pays au fond, où chacun d'entre nous peut prendre plaisir à jouter - même avec passion et excès - avec ses proches, ses amis, sa famille, sachant que tous partagent la même conviction, consciente ou inconsciente, d'en avoir le droit, presque le devoir.

 

Alors, oui, autorisons-nous à prendre plaisir à cet acmé démocratique avant que la "guerre" des mots et des arguments nous submerge, nous emporte et nous ravisse.

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 14:40

Nicolas Sarkozy va être élu pour un second et dernier mandat présidentiel en mai prochain.

 

Tout pourtant laisserait à penser qu'il n'a presque aucune chance de se succéder à lui-même : chômage en hausse, crise économique, alourdissement de la fiscalité, rejet de sa personnalité, presse majoritairement opposée à lui... Dans un régime parlementaire, où le chef de l'exécutif est le leader du parti ou de la coalition ayant remporté les élections au Parlement, il n'aurait strictement aucune chance d'être réélu.

 

Mais voilà, les institutions de la Vème République confèrent au président des pouvoirs plus importants, plus vastes et plus complets, qu'à tout autre chef de l'exécutif dans le monde occidental, et même dans toute démocratie sur la planète. En France, tout - absolument tout - procède du président. Au surplus, la France est une des rares puissances nucléaires de la planète et dispose d'un statut de membre permanent au conseil de sécurité des Nations unies, avec droit de veto.

 

Par conséquent, c'est au fond de la personnalité des candidats que jugent les Français avant tout autre argument : même si cela n'est jamais dit comme ça, ce n'est ni le bilan ni le programme ni les équipes qui comptent, c'est la personnalité d'un homme, ou d'une femme un jour ou l'autre. Si Ségolène Royal a échoué, ce n'est pas parce qu'elle est une femme, c'est parce que sa personnalité a été jugé pas à la hauteur de la tâche écrasante qu'est celle de président de la République.

 

C'est pour cette même raison que Nicolas Sarkozy va être réélu, probablement même avec une marge confortable, parce qu'aucun de ses concurrents n'a l'envergure pour le poste. C'est pour cette raison précise qu'il n'aurait eu quasiment aucune chance de vaincre Dominique Strauss-Kahn, parce que ce dernier - lui - avait cette enveloppe, cette profondeur, cette solidité, qu'on réclame du chef de l'Etat français.

 

A cette aune, François Hollande, ses regards perdus parfois à la télévision, François Bayrou et ses admonestations à ce que tout le monde soit beau et s'aime, ne présentent pas l'étoffe suffisante pour le poste.

 

Il se trouve, de plus, que la crise économique internationale renforce encore la nécessité d'avoir une " pointure " à l'Elysée : contre toute attente, plus la situation économique va mal, plus les choses se présentent bien pour Nicolas Sarkozy, en dépit du fait que la conjoncture continue d'alourdir son bilan.

 

Des candidats qu'on lui présentait pour un poste de général, Napoléon, dit-on, avait coutume de demander s'il avait de la chance, tant il considérait que cette "qualité" impalpable avait une importance cruciale. On pourra dire ce qu'on veut de Nicolas Sarkozy, mais il aura été un leader doté d'une chance sans pareil : avoir eu face à lui Ségolène Royal et François Hollande au lieu de Dominique Strauss-Kahn lors des deux scrutins présidentiels auquel il s'est présenté ; avoir exercé sa charge au coeur d'une tourmente financière qui, paradoxalement, aura assuré sa réélection.

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 14:28

« Quand la loi réprime des actes que le sentiment public juge inoffensifs, c’est elle qui nous indigne, non l’acte qu’elle punit. » Le défi social posé par la question de la légalisation de l’euthanasie réside dans ce constat formulé par Émile Durkheim dans « Le suicide [1] », ouvrage fondateur de la sociologie. La loi étant l’expression de la volonté générale, il y a fort à parier qu’elle finira inéluctablement par s’ajuster aux convictions exprimées par l’opinion s’il n’est pas démontré que l’euthanasie recèle la pire des injustices, celle qui a trait à la pérennité même de l’existence suivant le statut social. Or le sentiment public s’oriente majoritairement en faveur de la légalisation de l’euthanasie. On observe ainsi qu’en cas de maladie grave et incurable s’accompagnant d’une souffrance insurmontable, les Français étaient 85 % en 1987 à s’être déclarés favorables à ce que soit reconnu au malade le droit d’être aidé à mourir à sa demande, 84 % en 1997, 86 % en 2001 ; ils étaient 76 % en 1987 à être favorables à la légalisation, 82 % en 1997, 77 % en 2001 et 86 % en 2006 [2].

Selon ses partisans, la légalisation apporterait non seulement une liberté nouvelle mais accroîtrait aussi l’égalité en étendant à tous le bénéfice d’un suicide digne : actuellement, seuls les plus favorisés pourraient profiter d’une assistance pour mourir avant l’heure, grâce à leur réseau et à leur influence ; les autres, les plus humbles particulièrement, seraient condamnés à poursuivre leur vie jusqu’à son terme naturel quelles que soient les circonstances, y compris les plus douloureuses et dégradantes. Il y aurait donc une injustice entre ceux – les plus favorisés – qui pourraient accéder à l’euthanasie, même si elle est actuellement interdite, et les autres qui seraient exclus de cette nouvelle conquête sociale en raison même de sa prohibition. Légaliser l’euthanasie reviendrait à placer ceux qui ne disposent pas du réseau relationnel permettant la fourniture des moyens requis pour accéder à une fin paisible à l’abri des moyens barbares auxquels ils sont pour l’heure renvoyés : armes à feu, poison, noyade, asphyxie, défenestration, pendaison.

C’est pourtant l’inverse qui est à craindre : que les nantis tirent avantage d’une vie plus longue et en meilleure santé, tandis que les plus modestes – déjà affectés d’une vie plus courte et marquée par la dégradation physique prématurée – soient exposés à une mort anticipée sous l’effet mécanique de la sociologie du vieillissement. Aux pauvres, l’injection mortelle ; aux riches, l’octroi jusqu’à la fin de leurs jours de soins palliatifs de plus en plus sophistiqués, autorisant une fin de vie paisible et prolongée.

L'accroissement de l'inégalité devant la mort


Le vieillissement de la population est de plus en plus un vieillissement en bonne santé, mais l’allongement spectaculaire de la durée de l’existence est inégalitaire. L’INSEE, qui recensait 20 000 centenaires en France en 2008, prévoit que leur nombre pourrait passer à 46 000 en 2030, et à 165 000 en 2050. La part des plus de 60 ans dans la population totale passerait de 20 % en 2000 à 32 % en 2050.


Mais, d’ores et déjà, les Français les plus diplômés peuvent escompter vivre 20 % plus longtemps que les non-diplômés. L’espérance de vie varie significativement suivant la catégorie professionnelle : l’INSEE a récemment rappelé que ce sont toujours les ouvriers qui décèdent le plus tôt, et les cadres et professions intellectuelles supérieures qui bénéficient de la vie la plus longue – cette tendance étant moins marquée chez les femmes [3] . La surmortalité des ouvriers comparativement aux cadres et aux professions intellectuelles supérieures ne commence à diminuer qu’à partir de 92 ans.


Ces inégalités s’accroissent encore en ce qui concerne la durée de vie sans incapacité : non seulement les catégories sociales défavorisées vivent moins vieilles mais elles vivent aussi moins longtemps en bonne santé. C’est ce qu’a démontré une étude de l’INED [4]  : les ouvriers ont une durée de vie plus réduite que les cadres et ils passent aussi plus de temps que ces derniers avec des incapacités et des handicaps. Les cadres vivent davantage sans incapacités que les ouvriers, surtout pour les formes les plus courantes de ces dernières comme les limitations fonctionnelles (5]  ; les différences sont moins marquées pour les incapacités les plus sévères, à ceci près que chez les ouvriers, les incapacités ont davantage tendance à s’aggraver. Comme les catégories sociales défavorisées vivent moins vieilles, qu’elles vivent moins longtemps en bonne santé, elles se verraient mécaniquement exposées davantage à la question de l’euthanasie que les franges les plus aisées du corps social.


Pire encore, cette propension à être confronté à l’euthanasie se transmettrait de génération en génération : une étude [6] atteste de l’influence de la profession des parents et de leur état de santé sur celui de leurs enfants à l’âge adulte. Avoir des parents dont le statut social les fait vivre moins vieux et en moins bonne santé que les catégories sociales les plus favorisées conduit à connaître le même sort. Il y aurait donc une forme « d’hérédité sociale » de la vie abrégée.


Aux inégalités sociales en termes de santé, d’espérance de vie et de durée de vie sans incapacités, viennent de plus se surajouter des inégalités territoriales. L’espérance de vie en France est de 76,8 ans pour les hommes et de 83,8 ans pour les femmes [7], mais cette moyenne masque des écarts importants suivant les régions. Ainsi, en Ile-de-France, les hommes gagnent presque deux années de vie (78,5 ans) par rapport à la moyenne nationale, et les femmes un peu moins d’un an (84,5 ans). À l’opposé, dans le Nord-Pas-de-Calais, les hommes perdent plus de trois ans (73,6 ans) par rapport à la moyenne nationale, et les femmes y ont une espérance de vie réduite de plus de deux ans (81,6 ans). En d’autres termes, en cas de légalisation, l’exposition à l’euthanasie serait plus élevée dans certaines parties du pays que dans d’autres : la vie y étant plus courte, l’apparition des incapacités et des maladies très invalidantes y serait plus précoce. Cette inégalité se conjugue avec les disparités dans les taux d’équipement en établissements d’accueil pour personnes âgées (de 56 lits à 269 lits pour 1 000 personnes âgées de 75 ans ou plus suivant les départements [8], comme dans les taux d’équipement en places de services de soins infirmiers à domicile. Par conséquent, l’insuffisante prise en charge des personnes âgées exposerait davantage ces dernières à l’euthanasie dans certains départements.


Inégalité sociale devant la mort, iniquité face au vieillissement en bonne santé, transmission familiale de la propension à vivre moins vieux, disparités territoriales dans l’offre de prise en charge des personnes âgées… la légalisation de l’euthanasie ne conduirait donc pas – comme c’est affirmé par ses défenseurs – à placer faibles et forts, riches et pauvres, sur un pied d’égalité devant la mort, mais l’inégalité devant la fin de l’existence – statistiquement démontrée – permettrait aux plus nantis d’échapper à une fin de vie prématurée alors que les plus vulnérables, ne disposant pas du réseau, de l’information, de l’entregent, nécessaires pour échapper à « l’évidence » d’un décès anticipé imposé par l’appréciation de la dégradation de leur état de santé, y seraient assujettis.

La séduction de la mort anticipée sur les plus vulnérables

 

L’euthanasie est présentée, par ses défenseurs, comme une liberté, un choix personnel relevant de la pleine autonomie de la personne. On peut en douter. Il est plus vraisemblable que, légalisée, le « choix » de l’euthanasie se transformerait en pression sociale qui se présenterait sous la forme d’une aspiration à l’exemplarité. Or, comme le rappelle Paul Ricot, « Le contraire exact de l’autonomie n’est pas la dépendance mais l’hétéronomie, c’est-à-dire la soumission à une autorité extérieuree [9]». De même que des gens modestes finissaient au bout d’une existence d’efforts acharnés à se faire ériger un monument funéraire les plaçant post-mortem au-dessus de leur condition, les titulaires d’une vie ordinaire, souvent les moins armés socialement pour prendre du recul vis-à-vis d’une imprégnation culturelle alimentée par des leaders d’opinion, pourraient être tentés de s’approprier l’aspiration à une fin d’existence exemplaire censée leur assurer le quart d’heure de célébrité promis par Andy Warhol à chacun d’entre nous au moins une fois dans sa vie. Mourir « avec du sens » reviendrait au final à élever sa condition pour assimiler sa vie à celle de ceux qui font l’histoire… ou l’air du temps.


Aussi éphémère, sujette à caution et critiquable que cette « notoriété » puisse être, elle pourrait devenir très attractive pour beaucoup d’entre nous, familiarisés à suivre le mouvement des idées et des comportements. Les plus modestes en viendraient à se persuader qu’en souscrivant à la nécessité de l’euthanasie – présentée comme un attrait – ils s’offriraient le suicide de Sénèque et s’élèveraient ainsi à la condition de ceux à qui ils aspirent à ressembler. L’envie suscitée par les pratiques supposées d’une classe, le désir de s’y assimiler en l’imitant, établiraient un nouveau marqueur de distinction sociale, le plus terrible d’entre tous puisque fondé sur l’interruption de la vie elle-même.


Pour que les plus nombreux s’approprient l’idée de l’euthanasie cependant qu’une élite y échapperait, encore faut-il que l’image de la mort se métamorphose dans l’esprit du plus grand nombre. C’est à la lumière de cet impératif qu’il faut observer la magnification de la mort actuellement à l’œuvre dans notre société. La mort idéale doit faire sens désormais. Puisqu’on ne peut dépasser notre mort, il faut que notre mort nous dépasse. Comme si une mort sans éclat entachait une vie du stigmate de la banalité et que l’empreinte laissée sur les autres, particulièrement les proches, dépendait de la façon dont l’existence s’achève. Au contraire, s’accorder une « bonne » mort – une mort choisie, militante, revendicative – donnerait l’accès à un club fermé, celui de ceux qui refusent le caractère socialement niveleur du décès : « Tous égaux devant la mort, par défi à l’ordre inégalitaire de la naissance, de la richesse, du pouvoir » notait Jean Baudrillard [10].


L’histoire a pourtant montré que ce ne sont pas ceux qui ont le plus parlé du suicide, ou posé publiquement la question de son opportunité, qui l’ont mis en pratique [11]. Les suicides « philosophiques » ont été et sont encore très rares, souvent les auteurs concernés tournent en tous sens une question dangereuse, qu’ils désamorcent par là pour leur propre compte en l’épuisant par le débroussaillage du champ infini des hésitations qui lui sont liées ; le problème est que leur réflexion a pu être fatale à d’autres, davantage portés à l’action qu’à la méditation. Il pourrait en être ainsi de l’euthanasie, la capacité de faire miroiter cette perspective dangereuse devenant le privilège d’une élite, cependant que le passage à l’acte échoirait à une majorité désireuse de s’identifier à cette dernière. Une éventuelle légalisation/dépénalisation de l’euthanasie risquerait donc de provoquer une régression collective, en soumettant les moins armés socialement à une pression à l’abrègement de leur existence cependant que les plus nantis s’offriraient une vie prolongée.

 

La mort, un phénomène social


C’est à ce titre qu’il faut considérer que la mort est aussi un phénomène social. La question de la légalisation de l’euthanasie renvoie directement au débat fondamental quant au caractère individuel ou collectif de la mort : cette dernière relève-t-elle exclusivement d’une décision individuelle ou bien concerne-t-elle aussi la communauté d’appartenance de la personne concernée ? Tout l’enjeu au fond se résume dans l’articulation, l’opposition souvent, entre « ma » mort et « la » mort, entre une appréhension strictement individuelle de la fin de l’existence et la dimension collective que recèlerait chaque décès individuel.


L’une des observations à l’origine de la sociologie a été de démontrer que le suicide est la preuve de l’existence d’un corps social, dont la fin prématurée de certains de ses membres est la manifestation de la propension collective au décès qui s’exprime par ces derniers. C’est l’argument avancé par Émile Durkheim, selon qui : « Chaque société est prédisposée à fournir un contingent déterminé de morts volontaires [12]. » Pour lui, la fin anticipée d’un être humain est le produit de causes individuelles et sociales. Il ne nie pas que les morts volontaires ressortissent aussi à des causes strictement individuelles, mais il démontre que – contrairement à ce qui est communément affirmé – ces causes n’en sont pas les déterminants mais des facteurs qui rendent plus sensibles les « suicidants » à une tendance sociale au suicide. Selon Durkheim, une personne ne met pas fin à ses jours en raison de son état psychologique mais cet état psychologique la rend plus réceptive aux facteurs sociaux favorisant le suicide : ce dernier est donc moins une affection individuelle qu’un symptôme social. Il existe donc une inclination collective au suicide dont procèdent les tendances individuelles et pas l’inverse : ce n’est pas l’agrégation des tendances individuelles qui détermine la tendance collective.


À la lumière des enseignements tirés par Durkheim de ses observations, on est en droit de se demander si l’exigence de légalisation de l’euthanasie relève bien d’une aspiration à l’exercice ultime de l’autonomie de la personne humaine – comme il l’est affirmé par ses promoteurs – ou si l’on ne peut pas plutôt y voir l’expression d’un positionnement collectif vis-à-vis de la mort qui s’exprimerait, notamment, par le biais des malades en fin de vie. Alors que ses partisans la présentent comme l’aboutissement ultime de la liberté de chacun sur lui-même, la revendication pour la légalisation de l’euthanasie ne serait au fond que l’expression d’une évolution du comportement social à l’égard de la mort volontaire. Ainsi que l’avait noté Durkheim : « Un des éléments constitutifs de tout tempérament national consiste dans une certaine façon d’estimer la valeur de l’existence [13].» Toute la différence avec l’époque à laquelle Émile Durkheim a écrit Le suicide tient dans l’extraordinaire développement des moyens de communication qui contribue à l’évolution rapide de l’opinion publique sur un sujet : la puissance, l’effet massif de la diffusion médiatique, peut faire basculer le consensus social à partir d’un de ces cas emblématiques et déchirants de demande d’euthanasie qui ponctuent la vie sociale.


Il faut noter que la vision contemporaine de la mort, la quête de sens qui sous-tend les demandes en faveur de la légalisation de l’euthanasie, ne sont pas détachables des aspirations et de la posture historique d’une génération qui s’est forgée dans la remise en cause de l’ordre établi. Arrivée à l’âge mûr, aux portes de la vieillesse, la génération du Baby boom, celle des leaders d’opinion actuels, dont le positionnement empreint fortement le discours ambiant, aspire à faire de la fin de l’existence davantage que ce qui a prévalu jusque-là : de la révolution jusqu’à la mort, on est ainsi passé à la révolution jusque dans la mort, au motif mille fois répété qu’il est « Interdit d’interdire ». La bonne mort, celle que célèbrent les partisans de l’euthanasie, est parvenue à s’imposer comme un marqueur du progrès social qui rejette ses opposants dans le camp du conservatisme. Les partisans de la légalisation inscrivent d’ailleurs explicitement leur démarche dans le droit fil de la revendication pour la légalisation de l’avortement, en l’adossant aux mêmes arguments : autonomie de la personne sur son propre corps ; pratique déjà entrée dans les mœurs et – illégalement – dans les faits ; inégalité sociale entre celles qui pouvaient avorter dans des conditions dignes et les plus nombreuses renvoyées à des conditions parfois barbares. Le débat sur l’euthanasie opposerait le camp du progrès à celui du conservatisme alors qu’on l’a vu, les tendances démographiques exposeraient davantage les plus modestes à une fin de vie prématurée.


La légitimité d’une tendance sociale, telle qu’elle se dessine par exemple dans l’opinion des Français à l’égard de l’euthanasie, doit s’interpréter à la lumière de l’influence de l’imitation sur les comportements individuels. Or, en raison d’un système médiatique développé et omniprésent, jamais sans doute l’opinion générale n’aura eu autant d’influence sur nous. Tocqueville avait déjà noté qu’en démocratie le rapprochement des situations sociales avait comme double effet d’amoindrir la confiance des individus les uns envers les autres et d’accroître d’autant la foi qu’ils ont dans le jugement collectif : « Dans les temps d'égalité, les hommes n'ont aucune foi les uns dans les autres, à cause de leur similitude ; mais cette même similitude leur donne une confiance presque illimitée dans le jugement du public ; car il ne leur paraît pas vraisemblable qu'ayant tous des lumières pareilles, la vérité ne se rencontre pas du côté du plus grand nombre [14]. »





La confrontation de chacun avec la mort ne relève pas exclusivement d’une destinée personnelle, d’un libre arbitre qui s’exercerait en dehors de tout contexte social. Le droit censément absolu de décider individuellement de sa vie et de sa mort, tel que revendiqué par les partisans de l’euthanasie, ne correspond en rien à une réalité. Notre droit et notre organisation sociale sont fortement structurés autour de la limitation de la capacité de chacun de disposer comme il l’entend de son corps, de sa vie : on n’a pas le droit de se battre en duel ; la liberté des femmes d’avorter est strictement encadrée ; on ne peut donner un de ses organes qu’après un long parcours administratif ; la participation à des essais thérapeutiques cliniques est drastiquement encadrée.


La procréation et la gestation pour autrui, quant à elles, sont également interdites depuis la loi de bioéthique de 1994, la femme ne disposant pas totalement de son corps, y compris dans une dimension aussi personnelle que celle de l’acte de porter un enfant. La liberté qu’a chacun de disposer de son corps est donc circonscrite, personne n’est en droit de se sacrifier au bénéfice d’autres, proches ou non, et encore moins en vertu d’une quelconque conception particulière du bien commun.


La légalisation de l’euthanasie instaurerait donc la plus terrible des injustices sociales. Alors que ses partisans la présentent comme une avancée sociale, l’ultime aboutissement de la maîtrise de l’homme sur son corps, sur sa destinée, qu’ils inscrivent leur revendication dans la lutte du camp du progrès contre celui du conservatisme, la réalité du vieillissement fait que ce serait les populations les moins favorisées socialement qui y seraient le plus exposées.


Loin d’être une conquête sociale, l’euthanasie serait plutôt la résurgence sous une forme moderne d’une pratique ancestrale caractéristique des économies de subsistance où la pénurie alimentaire appelait à la mort anticipée des moins productifs. Être soumis à l’impératif culturel de solliciter une euthanasie quand les conditions « objectives » seraient réunies conduirait à l’émergence d’une barbarie sociale au sein même des sociétés les plus avancées.

Notes de bas de page :

 

[1] Émile Durkheim, Le suicide, Paris, Presses universitaires de France, 1930.

[2] Sondages réalisés par la SOFRES pour le compte de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD).

[3] Christian Monteil, Isabelle Robert-Bobée, « Les différences sociales de mortalité : en augmentation chez les hommes et stables chez les femmes », INSEE Première, n° 1025, juin 2005.

[4] Emmanuelle Cambois, Caroline Laborde, Jean-Marie Robine, « La "double peine des ouvriers" : plus d’années d’incapacité au sein d’une vie plus courte », Population et Sociétés, n° 441, janvier 2008.

[5] Incapacités dites de type I : difficulté à voir de près, à entendre, à marcher, à se pencher ou à utiliser ses mains et ses doigts.

[6] Marion Devaux, Florence Jusot, Alain Trannoy, Sandy Tubeuf, « La santé des seniors selon leur origine sociale et la longévité de leurs parents », Économie et Statistique, n° 411, septembre 2008, p. 25-46.

[7] Catherine Beaumel, Mauricette Vatan, « La situation démographique en 2006 », INSEE Résultats, n° 84, série société, août 2008.

[8] Cour des comptes, Les personnes âgées dépendantes, Rapport public particulier, novembre 2005.

[9] Paul Ricot, Philosophie et fin de vie, Rennes, Éditions de l’École nationale de la santé publique, 2003, p. 39.

[10] Jean Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard, 1976, p. 223.

[11] Georges Minois, Histoire du suicide : la société occidentale face à la mort volontaire, Paris, Fayard, 1995.

[12] Émile Durkheim, Le suicide, Paris, Presses universitaires de France, 2007, p. 15.

[13] Émile Durkheim, Le suicide, Paris, Presses universitaires de France, 2007, p. 229.

[14] Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, tome II, Paris, Gallimard, 1961, p. 18.

Repost 0
Published by Robert H. - dans robert.holcman
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 18:57

Hier, le 25 septembre 2011, la gauche a obtenu la majorité absolue au Sénat lors du renouvellement de la moitié des sièges de sénateurs. Il est difficile de prédire quelles seront les conséquences de cette victoire  historique tant elles sont contradictoires et intriquées.

 

Il n'est pas utile de revenir sur l'absence de conséquence marquante sur les rapports de force institutionnels : l'Assemblée nationale, où l'UMP est majoritaire, a le dernier mot sur le Sénat dans le vote des lois ; le vote de la règle d'or des finances publiques réclamait déjà une majorité qualifiée au Congrès. Seul le vote des lois organiques en serait éventuellement affecté.

 

En revanche, l'impact politique est plus incertain. Que Nicolas Sarkozy aurait préféré remporter ces élections est une évidence ; mais l'effet délétère sur sa dynamique de campagne électorale pour la présidentielle est plus sujet à caution.

 

En premier lieu, il sera plus difficile de taxer le président actuel d'autocrate fleurtant avec l'esprit des institutions, un omniprésident étouffant toute opposition. Après avoir consacré la nomination d'un membre de l'opposition à la première présidence de la Cour des comptes et à la présidence de la commission des finances de l'Assemblée nationale, il restera comme contemporain du basculement du Sénat à gauche, que Lionel Jospin alors premier ministre socialiste annonçait comme impossible.

 

Par ailleurs, si la gauche obtient là un moyen institutionnel de rétorsion non négligeable entre ses mains dans les sept mois qui sépare de l'élection présidentielle, cette arme nouvelle est à double tranchant : désormais, la gauche ne sera plus tout à fait dans l'opposition, dominant une des deux chambres du Parlement, il sera loisible pour le candidat de la majorité de la renvoyer dans un certaine mesure à un statut de sortant, en fonction de l'attitude qui aura été la sienne dans les mois qui viennent. Tout particulièrement, s'agissant des finances publiques, la posture de l'opposition à la tête de la chambre haute française pourrait influencer, suivant le cours des événements politiques en France,  le jugement des agences de notation sur la capacité du pays à mettre en oeuvre des politiques crédibles de retour à l'équilibre budgétaire. Souvenons-nous que la dégradation de la note des Etats-Unis et de l'Italie tirent leur origine moins dans leur situation financière objective que dans les atermoiements de leur classe politique.

 

Nicolas Sarkozy pourrait incidemment se prévaloir d'un pouvoir de ralentissement accru du Sénat pour justifier le fait que, outre la crise financière, la nouvelle donne politique sénatoriale l'a empêché de mener à bien telle ou telle réforme qu'il s'était engagé à conduire.

 

Il en va également ainsi du rôle des candidatures dissidentes lors des élections sénatoriales de 2011, elles pourraient soit servir le président sortant, soit sonner le glas de ses espérances de réélection. L'incapacité de l'UMP à empêcher que des candidats non investis se présentent contre les candidats du partis, l'emporte, et viennent faire défaut à la majorité sénatoriale peut être un signe que la main du Président de la République n'est plus aussi ferme qu'auparavant (sans même parler ici de la vraie défaite de Jean-François Copé), que les représailles qu'il pourrait envisager ne sont plus aussi dissuasives, comme un avant-goût de fin de règne. Cette conviction pourrait décider Jean-Louis Borloo à se présenter à l'élection présidentielle comme candidat du centre. Inversement, le résultat catastrophique de quelques divisions pourrait faire office d'électro-choc et conduire les différentes composantes de la droite républicaine et du centre à serrer les rangs de crainte de perdre l'élection présidentielle, défaite qui aurait cette fois des conséquences autrement lourdes.

 

L'effet de légitimité, et l'inversion du calendrier électoral qui place désormais les législatives avant la présidentielle, fait que la perte de la présidentielle entraîne une perte considérable de sièges à l'Assemblée nationale ; passer dans l'opposition prive un des deux camps de tous les avantages liés à la capacité de nomination. Nul doute que les nombreuses personnalités politiques concernées - notamment les députés -  qui pouvait regarder les élections sénatoriales comme anecdotiques, verraient d'un tout autre oeil la perspective de basculer dans l'opposition... et surtout pour combien de temps ?

 

 

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 16:42

Dans ces temps de crise économique, budgétaire et financière, le climat général des commentaires est - comme tous les dix ans environ - d'annoncer le déclin des Etats-Unis et la montée en force de puissances émergentes, la Chine au premier chef. Ces augures s 'accompagnent toujours de comparaison qui mettent en regard des zones économiques non comparables. Il en est souvent ainsi des Etats-Unis (un Etat) dont la puissance économique est rapportée à celle de l'Union européenne (27 Etats).

 

Comme toujours, il faut revenir aux chiffres - même les plus simples -  pour apprécier la réalité des situations, en comparant ce qui est comparable : soit des pays, soit des zones économiques répondant aux mêmes critères, en l'occurrence des zones de libre échange.

 

Les chiffres du Fond monétaire international (FMI) pour l'année 2010 montre que le Produit intérieur brut de la Chine s'élevait à 5 878 milliards de dollars américains ($), celui des Etats-Unis à 14 657 milliards de $ et celui de l'Union européenne à 16 272 millards de $. Le PIB de la Chine pèse donc 40 % du PIB américain et 36 % du PIB de l'Union européenne.

 

Pour comparer ce qui est vraiment comparable il faut mettre en regard les PIB des principales zones de libre échange : l'Union européenne et l'ALENA (Accord de libre-échange nord-américain, en anglais:  North American Free Trade, soit NAFTA). L'ALENA, composée des Etats-Unis (14 657 milliards $) , du Canada (1 574 milliards $) et du Mexique (1 039 milliards $), a un PIB global de 17 270 milliards de $, soit presque 1 000 milliards de $ de plus que l'Union européenne.

 

Par ailleurs, la Chine est un pays immensément peuplé. Il convient donc d'utiliser le PIB rapporté au nombre d'habitants. Les chiffres 2010 de la Banque mondiale montrent que celui de la Chine est de 4 393 dollars américains par habitants contre 32 241 $ par  habitant pour l'ALENA et 32 900 $ pour l'Union européenne. Le PIB par habitant du Mexique lui-seul (9 580 $ par habitant) est plus du double de celui de la Chine.

 

En d'autres termes, si la Chine rachète aujourd'hui de la dette souvernaine des Etats européens en difficulté, comme elle a massivement investi dans les bons du Trésor américain, c'est au prix d'un non accroissement de la richesse des Chinois, sous la forme d'une exploitation d'une partie de la population chinoise au bénéfice d'une minorité localisé dans les zones de forte croissance économique.

 

La Chine est un nain économique, ses excédents de liquidité démontrent qu'elle n'investit pas dans ses infrastructures, dans les facteurs endogènes de développement qui lui permettraient de faire sortir la majorité de sa population du sous-développement.

 

A terme, c'est donc à une explosion sociale et politique que nous allons assister, pas à un effondrement des pays développés dont le niveau de richesse continue de tirer vers le haut les économies émergentes.

 

 

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article