Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 09:11
Tout le monde, ou presque, se souvient de ces images terribles d'un enfant palestinien tant bien que mal protégé par son père derrière un fût de béton, subissant des tirs d'armes automatiques jusqu'à en perdre la vie. Ces images, une exclusivité de la chaîne de télévision France 2,  ont été fournies et montés par Charles Enderlin, son correspondant permanent en Israël. Le commentaire de ce dernier mettait explicitement en cause l'armée israélienne, accusée d'avoir délibérément tiré sur Mohamed A-Dura et son père pour les tuer, et expliquait que les images les plus dures n'avaient pas été retenues au montage tant elles étaients choquantes.

Or, depuis plusieurs années, une agence de Presse - la Metula News Agency - remet totalement en question cette version. Dans un court reportage de 13 minutes (http://www.guysen.tv/mena_al_dura.php), elle s'applique à démontrer que non seulement les tirs ne pouvaient pas venir des positions israéliennes, mais plus encore - et surtout, serait-on tenté de dire - les événements qui se sont déroulés ce jour-là au carrefour de Nétzarim forment une manipulation médiatique qui a vocation à entrer dans l'histoire du journalisme.

En d'autres termes, l'enfant ne serait pas mort, et de nombreuses autres simulations - filmées dans ce reportage - tendraient à démontrer que tout était organisé pour monter une telle manipulation.

Là où le problème se corse pour Charles Enderlin, c'est que la démonstration de la Metula News Agency n'est pas invalidée par le fait qu'elle soit clairement pro-israélienne : l'armée israélienne, puis le cabinet du premier ministre israélien se sont désormais emparés de l'affaire, demandant à France 2  la remise d'une copie des rushs soi-disant "insoutenables", et que la justice française est saisie via une plainte en diffamation.

Or Charles Enderlin, et France 2, sont dans l'incapacité de fournir les fameux rushs censés accréditer la thèse défendue dans le reportage incriminé. Les seules images exposées, notamment il y a quelques jours devant la Cour d'appel de Paris, démontrent le caractère chaotique des événements qui se sont déroulés ce jour-là mais ne prouvent rien : ni que c'est l'armée israélienne qui a tiré, ni même que le jeune garçon soit mort.

Cette situation, mise sous le boisseau pour l'instant par les médias français, pourrait s'avérer terrible pour la chaîne publique et son correspondant local : si les affirmations de la Metula News Agency se révèlent fondées, c'est à une manipulation digne de Timisoara que se serait prêté l'un des grands médias français. A suivre...

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 10:20
A suivre la couverture médiatique du "mouvement étudiant" actuel, on serait tenté de constater l'émergence d'une réaction étudiante anti-blocage des facultés : une majorité d'étudiants hostiles à l'interdiction d'entrer dans les établissements d'enseignement supérieur, opposée à une minorité agissante, organisée et politisée, qui agit "institutionnellement" dans le sens inverse, notamment par l'organisation d'assemblées générales "décisionnelles".

Or cette situation n'a rien de nouveau, il en a toujours été ainsi. Pourquoi dès lors l'instrumentalisation et les dérives des groupes agissants font-ils à ce point l'objet de reportages télévisés ; pourquoi la parole est-elle ainsi accordée aux "anti-blocage" ?

La réponse vient sans nul doute de l'élection de Nicolas Sarkozy. Soit que la parole de ces étudiants en ait été libérée, qu'ils se sentent désormais autorisés à revendiquer le libre accès à leurs facs. Soit que les médias dans leur ensemble prennent acte de la nouvelle direction présidentielle et donnent une parole publique à ceux qui en étaient privés jusque là - ce qui confirmerait, une fois de plus, la proximité entre supports d'information et pouvoir politique dans notre pays.
Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 17:41
Un éléments important, bien que peu pris en considération, est en mesure de déterminer la plus ou moins grande durée du conflit social qui s'engage : le temps qu'il va faire.

En 1995, la météo clémente a servi les grévistes : l'absence de pluie, parfois le soleil, ont donné un air festif aux transports improvisés. Même les déplacements en camion militaire prenait une tonalité joyeuse. Nul doute que des heures à pied, en vélo ou en roller, passées sous une pluie battante auraient considérablement amoindri la magnanimité des usagers des transports à l'égard des grévistes.

Or en cette veille de grève, que les grévistes souhaitent placer sous le haut patronage de "Celles de 1995", le temps est maussage, la pluie tombe... sur la région parisienne tout du moins. Si elle se maintient, il est possible que dès la fin de la journée du mercredi 14 novembre soit épuisé le capital tolérance ou sympathie accordé aux grévistes.
Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 13:05
La rigidité de la gestion des personnels sous statut est souvent opposée à la plus grande liberté dont disposeraient les gestionnaires de personnels sous contrat privé – en particulier quand la nécessité apparaît de ne pas poursuivre la collaboration avec un agent. La preuve fréquemment avancée est la tentation sans cesse accrue de recourir à des personnels non titulaires dans la fonction publique, tout particulièrement sur des postes à durée limitée ou nécessitant une technicité à évolution rapide. Or la souplesse imaginée du secteur privé par rapport au secteur public relève davantage de contextes culturels différents que d’une plus grande facilité à se séparer d’un collaborateur.

Que ce soit dans le secteur public ou dans le secteur privé, la collaboration entre un employeur et un employé peut prendre fin selon trois formes : la fin de contrat ou de carrière, la démission (y compris les formes conventionnelles et transactionnelles de résiliation du contrat dans le secteur privé – hors résiliation pour cas de force majeure) ou le licenciement. Le départ à la retraite, la fin de contrat (les contrats à durée déterminée ne sont pas l’apanage du secteur privé : la fonction publique peut y recourir, et ne se prive pas de le faire), la démission, sont des situations sensiblement comparables en termes de gestion du personnel dans les deux secteurs (formellement, la démission doit être acceptée dans la fonction publique ; en pratique, ça ne change pas grand-chose). La césure entre les deux systèmes se constate davantage dans les procédures mêmes de licenciement.

On écartera de l’analyse le licenciement pour motif économique, cette notion n’ayant pas d’équivalent dans le système public. Ce qui s’en rapprocherait le plus est la loi de dégagement des cadres : bien qu’une loi simple suffise pour « licencier » des fonctionnaires (dans la fonction publique hospitalière, le licenciement pour suppression d’emploi existe sans nécessité de loi spéciale) – l’application exceptionnelle d’une telle mesure est difficilement envisageable d’un point de vue politique. La comparaison entre les secteurs public et privé doit donc se faire sur la base du licenciement pour motif personnel (droit du travail) et du licenciement pour insuffisance professionnelle (statuts des fonctions publiques).

Le contrat à durée déterminée ne donne pas aux responsables des ressources humaines dans l’entreprise davantage de souplesse que n’en disposent les gestionnaires de personnels sous statut. Tant le droit du travail que les statuts de la fonction publique distinguent le licenciement pour faute du licenciement sans faute. S’agissant de ce dernier, le constat d’une insuffisance professionnelle ou d’une impossibilité de travailler en raison d’une longue maladie conduisent à un licenciement – et ce dans le secteur privé comme dans le secteur public.

En ce qui concerne le licenciement pour faute, le droit du travail prescrit que pour licencier un salarié, il faut une cause « réelle et sérieuse » et établit à cette fin une hiérarchie dans la lourdeur des fautes commises. Il en est également ainsi dans le secteur public où les sanctions sont réunies en trois ou quatre groupes, suivant la fonction publique. Le recours à telle ou telle sanction doit être justifiée par une faute, et il doit y avoir une proportionnalité entre la lourdeur de la sanction et la gravité de la faute.

Dans le secteur privé, seule une faute constituant une cause réelle et sérieuse, une faute grave, une faute lourde, ou bien une répétition de fautes légères, peuvent entraîner un licenciement. Dans le secteur public, le régime disciplinaire est comparable : la catégorisation des fautes varie selon la fonction publique mais le principe demeure que seules les fautes les plus graves peuvent donner lieu à une mise à la retraite ou une révocation d’office. Notons que des fautes moins lourdes peuvent toutefois entraîner des sanctions allant jusqu’à des exclusions temporaires de plusieurs années. On peut même ajouter que le gestionnaire de personnel sous statut dispose spécifiquement d’une arme redoutable : l’abandon de poste est, en effet, un moyen de licenciement utilisable et actif dans les fonctions publiques qui, de surcroît, ne nécessite pas le passage en conseil de discipline.

Le pouvoir disciplinaire est donc tout aussi difficile à mettre en œuvre dans le secteur privé que dans le secteur public. La procédure est apparemment plus formelle dans le secteur public, avec le passage devant le conseil de discipline et la nécessité d’un accord entre partie employé et partie employeur pour qu’une sanction soit infligée. Dans les faits, à l’instar de ce qui se passe dans le secteur privé, où la sanction est directement décidée par l’employeur, en cas de non accord au sein du conseil de discipline, l’autorité de nomination conserve la faculté d’infliger la sanction qui lui semble correspondre à la faute.

Dans le secteur public comme dans le secteur privé, un contrôle juridictionnel de la sanction intervient en cas de contestation de cette dernière : devant la juridiction administrative dans le secteur public, devant le tribunal des prud’hommes dans le secteur privé. La différence principale dans la procédure disciplinaire entre les deux secteurs est que dans le public l’appréciation paritaire de la sanction est internalisée et s’exerce a priori, alors que dans le secteur privé, le paritarisme est externalisé et s’exerce a posteriori : devant les tribunaux des prud’hommes en cas de contestation de la sanction.

Cela ne signifie pas pour autant que l’exercice du pouvoir disciplinaire soit moins risqué pour l’employeur privé que pour l’employeur public : dans les deux cas, une sanction injustifiée conduit à la réparation, voire à l’annulation, des conséquences de cette dernière. Surtout, quel que soit le secteur d’activité, l’annulation d’une sanction produit un puissant effet contre-productif, aussi bien s’agissant du caractère dissuasif de la sanction que de la légitimité du titulaire du pouvoir disciplinaire.

Pour plus de développements sur ce sujet, on se reportera utilement à un article qui vient d'être publié par la Revue française d'Administration publique sous le titre : "Secteur public, secteur privé : similarités et différences dans la gestion des ressources humaines" (http://www.ena.fr/index.php?page=ressources/rfap).
Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 17:54
Rony Brauman est un personnage étonnant en raison de la mortification permanente qu'il semble s'imposer.

Assez banalement, il appartient à cette catégorie de Juifs qui se sentent obligés d'expier à tout instant et pour toutes choses. Après tout c'est son droit, qui le conduit non seulement à être antisioniste, dénier à Israël une quelconque utilité, mais plus encore à extirper dans chaque détail, si l'on ose dire, ce qui pourrait conduire à toute magnanimité à l'égard de ses coreligionnaires. Bon.

Plus étonnant, il passe le plus clair de son temps médiatique à remettre en question ce qui fonde les engagements de sa vie. Fondateur de Médecins sans Frontières et de Médecins du Monde, ses interventions délégitiment l'engagement humanitaire. Le Tsunami ? L'intervention d'urgence ne se justifie pas : il n'y a jamais d'épidémies durant les grandes catastrophes ; il n'y a quasiment pas de sans abri, les gens s'entraidant spontanément... Le Darfour ? Il n'y a pas matière à intervenir, les massacres sont exagérés (et de toutes les façons ils se sont passés en 2003, pensez donc...).

En d'autres termes, si l'on écoute bien Rony Brauman, l'intervention humanitaire ne sert à rien. On serait tenté de lui demander pourquoi dès lors a-t-il passé tant de temps à en faire ? Ou bien son jugement est-il obscurci par le ressentiment qu'il ressent à l'égard de Bernard Kouchner, incarnation de tout ce qu'exècre Rony Brauman : un Juif décomplexé qui assume sa judéité et reconnaît un certain attachement à Israël ; un médecin inventeur de l'action humanitaire ; le théoricien du droit d'ingérence qui professe que, oui, on a le droit d'outrepasser la souveraineté des Etats au nom des droits de l'homme.

Cet auto-dénigrement inquiète (jusqu'où va-il-pousser la haine de lui-même ?) et afflige, tant l'homme est intéressant, et visiblement empli de bonté.
Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 17:20
Quoi qu'aient fait les membres de l'Arche de Zoé, le traitement qui leur infligé est indigne : menottés, rassemblés en groupe à terre, filmés, identifiés... rien ne leur est épargné. Toutes proportions gardées, le traitement médiatique qui leur est appliqué n'est pas sans rappeller les sombres heures de la première guerre du Golfe, quand des occidentaux furent terrorisés par les nervis de Saddam Hussein, avant que de servir de "boucliers humains". La même peur, la même humiliation d'être jeté en pâture se lisaient sur leur visage.

Quand on songe aux débats, aux crises et aux emportements que suscitent dans notre pays la question du floutage des visages des prévenus (donc innocents... comme les membres de l'Arche de Zoé, jusqu'à preuve du contraire), l'interdiction morale de montrer quelqu'un les menottes aux poignets, la protection des présumés coupables, parfois au détriment des victimes, l'indifférence actuelle vis-à-vis de ces Français arrêtés laisse pantois.

Ce déchaînement à leur égard a pris de telles proportions que le président de la République a - fort à propos - rappelé qu'ils sont français, réputés innocents jusqu'à qu'ils soient éventuellement condamnés, et que la France entend protéger ses ressortissants. La frénésie qu'ils ont déclenché pouvaient en effet faire craindre les pires débordements à leur endroit... un accident est si vite arrivé.

Si ce qu'on dit d'eux est vrai, la pure crapulerie semble avoir été atteinte. Mais le fondement d'un Etat de droit est d'accorder protection et procès à tout présumé coupable, même aux pires crapules... les exemples sont suffisamment nombreux sur le territoire national pour qu'on ne soit pas dissuadé de faire appliquer les mêmes préceptes à des Français emprisonnés au Tchad.
Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 10:41
Les déboires de l'association L'Arche de Zoé au Tchad sont malheureusement riches d'enseignements. La réaction très marquée du gouvernement français fait l'objet de beaucoup de commentaires, alors que celle - tout aussi réprobatrice - de nombreuses associations et membres éminents du monde des ONG passe davantage inaperçu.

Or la posture reprochée à l'Arche de Zoé - l'intime conviction d'être dans le vrai, qui autorise tous les débordements - n'est pas propre à cette organisation caritative, ni spécifique d'ailleurs à l'action hors de France.

Si les membres de l'Arche de Zoé se sont sentis à ce point investis d'une mission salvatrice, admise à outrepasser les règles pour faire avancer une juste cause en dépit de son caractère - provisoirement - illégal, c'est bien que depuis plusieurs mois, plusieurs années, de nombreuses associations font de même en France, en étant cette fois soutenue par une partie du monde médiatique.

Agir dans l'illégalité pour une cause jugée juste : c'est exactement ce que font les associations d'aide aux sans-papiers. Qui a été vérifier que les bénéficiaires de leurs actions étaient tous dans la situation qu'elles décrivent ?  Combien de médias ont attiré l'attention sur le caractére éminemment idéologique de telle ou telle action ?

Les membres de l'Arche de Zoé ont sans nul doute commis des actes répréhensibles, dont ils devront rendre des comptes. Ce n'est pas une raison  pour que tout un chacun se refasse une virginité à bon compte en les accablant, comme pour montrer par contraste le caractère responsable des autres campagnes.
Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 18:38
L'actualité fait entrer en conflagration deux événements puissamment médiatiques. Six membres d'une association humanitaire (L'arche de Zoé) ont été arrêtés avant que d'avoir pu rapatrier une centaine de supposés orphelins du Darfour.

Or il s'avèrerait que ces "orphelins" ne le seraient pas vraiment et n'auraient donc aucune vocation à être adoptés.

Rien à dire sur la question... sauf que cette incertitude renvoie très directement au débat passionné qui vient de secouer la France quant à la nécessité d'utiliser des tests ADN pour établir la filiation entre un travailleur étranger régulièrement installé en France et sa famille demeurée au pays, dans un pays où l'Etat civil laisse à désirer.

On ne peut pas dans le même temps hurler à la mort en réfutant l'utilité des tests ADN au motif que les filiations sont bien établies et que la famille dépasse de très loin le seul critère biologique, et affirmer qu'il y a incertitude sur le statut d'orphelin des enfants en question, ce qui interdit de les faire venir en France, dans le giron de familles visiblement brûlantes de les accueillir et de leur donner tout ce dont ils ont besoin.

Soit la famille outrepasse le critère biologique, les tests ADN sont inutiles et L'Arche de Zoé est fondée à faire venir les cent enfants du Darfour ; soit leur statut d'orphelin est incertain, et c'est bien le critère biologique qui vaut, et pourquoi dès lors s'insurger contre les tests ADN ?

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 18:16
Contrairement à ce qu'on pourrait communément supposer, le nombre élevé d'hôpitaux en France est préjudiciable à la qualité des soins : c'est en diminuant leur nombre que les Français seront mieux soignés.

Dans notre pays, tous secteurs (public, privé lucratif et privé non lucratif) et toutes activités confondus, on compte 4,8 établissements pour 100 000 habitants, contre 4,2 en Allemagne, 2,3 au Royaume-Uni et 2,2 en Italie. 54 % des hôpitaux français sont équipés de moins de 200 lits ; 77 % ont moins de 400 lits ; 16 disposent de 400 à 800 lits ; 7 % sont dotés de plus de 800 lits.

La dispersion des personnels de soins entre un nombre élevé de structures de santé provoque des carences de personnels en dépit d'effectifs très importants. La France compte en effet 1,2 million d'emplois dans ses hôpitaux, soit autant qu'en Allemagne, alors que ce dernier pays a 20 millions d'habitants et 250 000 lits hospitaliers en plus.

Pourtant, l'effectif moyen des personnels de soins aigus par lit est de 1,64 personne en France, contre 2,03 en Allemagne, 3,07 en Italie, 3,57 en Espagne et 6,5 au Royaume-Uni. La situation est tout aussi préoccupante s'agissant des personnels infirmiers : l'effectif moyen en France est de 0,56 personnel par lit, contre : 0,75 en Allemagne ; 1,36 en Italie ; 1,68 en Espagne ; 1,8 au Royaume-Uni.

C'est en partie en raison du nombre élevé d'emplois hospitaliers, lui-même rendu nécessaire par la multiplication des structures de soins sur le territoire national, que la France consacre davantage de moyens aux dépenses de soins en milieu hospitalier : 6 % de son PIB, contre 3,8 % en Allemagne et 3,4 % en Italie.

Pour plus de développements sur ce sujet, un livre fait le point sur cette question : La fin de l'hôpital public ? (disponible sur
http://www.espaceinfirmier.com/librairie/?page=recherchesite&ul=www.espaceinfirmier.com%2Flibrairie%2F&keywords=&titre_avances=la+fin+de+l%27h%C3%B4pital+public&auteur_avances=&isbn_avances=&annee_avances=&rechTheme=0&wf=01FF&su=h4&s=sRP&q=la+fin+de+l%27h%C3%B4pital+public), qui vient d'être publié aux éditions Lamarre.
Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article
23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 10:34
Outre avoir déçu Nicolas Sarkozy (avec l'équipe de France de rugby en finale de la coupe du monde, la réforme des régimes spéciaux passait comme une lettre à la poste), Bernard Laporte suscite un profond désappointement dès le premier jour de sa prise effective de fonctions : il ne mâche plus de chewing-gum.

Pendant les matchs disputés par l'équipe de France, les gros plans télévisés sur son visage figé, ses yeux ronds exorbités, et sa bouche animés d'une houle furibarde, comme mastiquant cinq ou six malabars simultanément, provoquaient sans coup férir une joie sans pareille. Tous les téléspectateurs rassérénés se disaient que dans leurs moments de pire distraction et d'oubli d'eux-mêmes, ils ne pourraient jamais rivaliser en ridicule avec le patron de l'équipe de France de rugby.

Secrètement, on espérait donc l'image exceptionnelle d'une sortie du conseil des ministres, ou bien l'enregistrement vidéo d'une photographie posée, où la mastication démentielle de Bernard Laporte contrasterait victorieusement avec les visages statufiés du reste du gouvernement et du président de la République.

Dommage...

Repost 0
Published by Robert H.
commenter cet article