Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

17 avril 2007 2 17 /04 /avril /2007 18:32

Il n'est pas nécessaire de maîtriser la divination ou être un expert du marc de café et de la boule de cristal pour avancer un pronostic quant aux résultats du premier tour de l'élection présidentielle. Notons au passage que la règle institutionnelle n'oblige pas à un second tour comme le laissent supposer les commentaires sur le sujet : il suffit qu'un candidat recueille la majorité des suffrages exprimés dès le premier tour pour qu'il soit élu. Dans la pratique ce n'est jamais le cas et il y a "ballotage" (curieux que ce terme ne soit plus du tout employé) entre les deux candidats les mieux placés, ce qui donne lieu au second tour.

Les résultats, donc, du premier tour... Il y a fort à parier que Nicolas Sarkozy sera l'un des deux candidats qui aura recueillit le plus de suffrage, et sera qualifié pour le second tour. Le second candidat figurant au second tour sera une candidate : en dépit de la campagne sans queue ni tête qu'elle a menée, Ségolène Royal va bénéficier de la cristallisation naturelle des suffrages autour du socle de voix de la gauche. On peut même supposer que les électeurs de gauche, encore traumatisés (on le serait à moins) par l'absence de leur candidat au second tour de l'élection présidentielle de 2002, se mobiliseront fortement pour elle. Il n'est pas impossible, même, que Ségolène Royal devance Nicolas Sarkozy au premier tour. C'est également la mobilisation des électeurs de gauche - qui a tant fait défaut à Lionel Jospin - qui expliquera le score relativement médiocre établit cette fois par Jean-Marie Le Pen.

Quant à François Bayrou, en dépit de la bulle médiatico-sondagière qui le porte actuellement (et qu'il a su fort habilement susciter), ses résultats seront très inférieurs à ceux que lui prédisent les sondages. Le niveau actuel d'intentions de vote dont il bénéficie n'est que le reflet de la réticence d'une part des électeurs de gauche provoquée par la personnalité de Ségolène Royal. Cette réticence s'effacera au moment du vote, en grande partie pour éviter la réitération du 21 avril 2002. François Bayrou se retrouvera donc un peu au-dessus de l'étiage qui est le sien et celui de la formation politique qu'il dirige : en 2002, il a obtenu 6,84 % des suffrages ; en 2007, il est bien possible que moins de 10 % des suffrages se portent sur son nom, de 8 % à 9 % peut-être.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert H. - dans robert.holcman
commenter cet article

commentaires

Enroël 21/04/2007 18:08

Je te rejoins un peu Robert, notre système est loin d'être parfait mais il est préférable au autres... Et ce que tu évoque par enjeux est tout à fait pertinent!
Sauf que je rejoins Pivoine quand aux personnes parce que, franchement qu'ils soient des grands partis de gauche ou de droite, leurs discours sonnent faux et ils cherchent plus à plaire qu'à faire avancer le pays...  

Robert H. 22/04/2007 17:37

Oui, tu as raison, on a pas finit de s'interroger sur l'influence des médias sur nos vies.
Robert

Pivoine 19/04/2007 22:05

Bah en fait on a pas trop le choix...Les candidats qui ont des idées et des vraies ont aucune chance de passer, comme tu le disais c'est joué d'avance....
Quelqu'un qui ferait que le parti socialiste retrouve ses racines??Tu penses à quelqu'un de précis car là moi je vois pas....
Bonne soirée

Robert H. 20/04/2007 09:41

Hello Pivoine,
Je crains de n'être pas d'accord avec toi : les "idées les vraies" des candidats dont tu parles portent en elles les germes du totalitarisme et de la stagnation économique. Derrière la forme chaleureuse et sympathique, il faut lire les programmes et discerner le sens des phrases. Je préfére encore nos démocraties pourries, inégalitaires et injustice, à un ordre moral d'un autre genre pour qui les partis politiques sont inutiles et le rôle de l'entreprise de payer ses salariés et renouveller ses équipement.
Quant au PS, DSK me semble porter le projet social-démocrate mieux que quiconque.  Nous vivons une époque où les différences entre la droite et la gauche sont ténues, mais existent bel et bien. En focalisant son attention sur l'arrivée du Grand soir, on perd de vue les enjeux fondamentaux de notre société : l'accès aux soins (en privilégiant le renouvellement d'emplois surabondants, les hôpitaux n'ont plus les moyens d'investir), l'accès à l'éducation (la reproduction sociale est la même aujourd'hui que dans les années 60), les nouvelles technologies (l'utilisation des cellules souches est-elle de droite ou de gauche ?)...
Amicalement,
Robert H.

Pivoine 19/04/2007 11:06

Du retard dans la lecture de tes articles, désolée cela a été un peu beaucoup animé ces derniers jours!!
Salut Enroël, je t'avais dis qu'il était bien le site de Robert!!!(-;
Concernant ton article, bah la piv elle de gauche gauche, oui ségolène, n'a pas de progamme mais comme tu le dis si bien iln'y a pas de candidat "représentatif" pour ce partit...Vote par dépit...
C'est déplorable mais on a pas le choix...
Bonne journée

Robert H. 19/04/2007 11:23

Et oui, je pense que les militants du parti socialiste n'ont pas finit de se mordre les doigts d'avoir désigné Ségolène Royal au motif qu'elle était la mieux placée dans les sondages. Mais peut-être que c'est un mal pour un bien et que son échec signifiera - enfin - la mue du PS en un véritable parti social-démocrate.
A bientôt !
Robert

Enroël 18/04/2007 00:16

Les paris sont ouvert!!!