Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 16:21

La Chine a - jusqu'à maintenant tout du moins - réussi ce qu'on pensait impossible : faire croître et propérer une dictature politique. Ce pays n'en reste pas moins terriblement inquiétant.

En premier lieu parce que la Chine est une puissance impérialiste sans équivalent dans l'histoire récente. Il est surprenant que les contempteurs éternels de l'impérialisme américain ne se soient pas (pas encore ?) saisi de cette question pourtant vitale pour l'équilibre du monde. Ce pays a déjà absorbé la Mongolie intérieure à sa frontière nord ; envahi et réduit dans des conditions sauvages le Tibet à sa frontière sud-ouest ; récupéré et normalisé Hong Kong sur son littoral sud ; et se serait d'ores et déjà emparé de Taïwan si la certitude, en retour, du déclenchement d'une guerre avec les Etats-Unis ne l'en avait dissuadé. Non content, la Chine est toujours en tension permanente avec son grand voisin du nord, la Russie, et avec le Japon - au sujet, notamment, des îles Kouriles - et projette sa diplomatie efficace et conquérante jusqu'en Afrique !

Cet expansionnisme est d'autant plus inquiétant qu'il est l'oeuvre d'un pays dont la violence de la société laisse pantois. Les journaux télévisés viennent de nous projeter les images d'animaux vivants jetés en pâture aux fauves d'un zoo, pour le plus grand plaisir des spectateurs - hommes, femmes, et enfants, aux anges devant un tel spectacle.

Mais la violence de la société chinoise ne s'arrête pas là. C'est en Chine où les exécutions de prisonniers sont coordonnées avec les implantations d'organes sur des patients dont l'état réclame une greffe ; la Chine qui détient le record absolu des exécutions capitales (encore une fois, on se demande ce que font les opposants à la peine de mort, sans doute plus rassérénés d'aller enquêter aux Etats-Unis qu'en Chine) ; où les familles ne peuvent récupérer les corps des suppliciés qu'à condition d'avoir remboursé la balle qui a servi à les tuer ; la Chine encore où a eu lieu le plus grand scandale du sang contaminé par le virus du Sida et où les victimes sont traitées comme des ennemies du régime.

Cette violence confine en certaines occasions à la cruauté : la façon dont les chiens sont battus à mort avant d'être cuisinés - au motif que cela "amolli" la viande - soulève le coeur.

Le titre du livre d'Alain Peyrefitte, dont on s'est beaucoup moqué, risque malheureusement d'être prémonitoire : "Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera".

Partager cet article

Repost 0
Published by Robert H. - dans robert.holcman
commenter cet article

commentaires

Pivoine 26/05/2007 22:46

Bonsoir Robert,
Pour une fois...Je ne rebondirais pas car mise à part ce que nous transmettent les différent médias je connais pas bien les tenants les aboutissants...Je te fais doc confiance et ce billet sera pour La Piv un colmatage (non pas un comatage...) culturel, je dormirais moins bête ce soir!
Bon week end, amicalement